Un peu plus d’un mois maintenant que l’on est équipé de la Dragonfly de chez @nikerunning. Une shoes qui fait « polémique » ces derniers jours, puisqu’elle serait à l’origine des grosses performances vues sur la piste cet hiver. Alors même, qu’elle ne contient pas de plaque en carbone ❌. C’est en réalité une semelle à forme de bascule vers l’avant.
.
Utilisation pendant un mois non-stop sur toutes nos séances rapides sur piste et en compétition. C’est sur une séance avec du volume comme ce matin (4,2km), qu’on ressent vraiment qu’elle fait partie de cette nouvelle génération de chaussures. Quant avec d’autres pointes – on aurait fini cette séance avec des courbatures et douleurs musculaires dans les jambes – avec celle-ci : très peu. Et c’est un gros avantage. Nos tendons nous remercient et le lendemain de séance bien moins difficile.
.
En revanche, la sensation de rebond et de propulsion vers l’avant est bien moins présent sur ce modèle que sur la Air Zoom Victory (qui elle contient une lame en carbone). La Dragonfly paraît donc moins efficace sur des distances 800/1500m. Mais plus adapté à du long (3000 à 10.000 mètres.) C’est un avis personnel – il peut différé en fonction des profils de coureurs. Un athlète de top niveau mondial comme Jakob Ingebrigtsen préfèrera courir en Dragonfly qu’en Victory (qui elle nécessite un temps d’adaptation en raison des deux pods Zoom Air placés à l’avant de la shoes).
.
En conclusion : chaussure légère, avec un bon amorti et retour d’énergie (économie musculaire), un maintien du pied optimal et cette impression de faire qu’un avec la chaussure. C’est ce qu’on attend d’une chaussure à pointe performante. Petite préférence de notre part vers la Air Zoom Victory pour les courtes distances (800/1500) ✅
.
Le nouveau coloris « Mango  » est en vente au prix de 150€. Il ne reste déjà plus que quelques tailles en stock chez notre partenaire Alltricks.